;

Les modèles de communication


Modèle deShannon et Weaver

L'origine de ce modèle va trouver naissance grâce à la seconde guerre mondiale. En effet Claude Shannon, fondateur de la théorie de l'information, travail pour les services secrets de l'armée américaine en tant qu'ingénieur, son supérieur n'est autre que l'inventeur de la biologie moléculaire en 1938 Warren Weaver. En 1949, ils vont mettre au point ce modèle, désormais populaire mais très simpliste, réduisant la communication à la simple transmission de l'information. L'objectif était de parvenir à la transmission d'un message télégraphique au récepteur le plus proche possible de celui émis par l'émetteur. Ce modèle mettra en évidence les facteurs qui déforment les messages, le bruit sera le principal. Selon Shannon, ce modèle ne doit êtreutilisé qu'à des fins mathématiques, militaires et pour l'explication de la communication entre machine. La popularité que connu celui-ci en sciences humaines l'amena à s'en dissocier. La passivité du récepteur dans ce modèle, l'ignorance de la pluralité des récepteurs et l'absence de rétro action sont aujourd'hui absurde en sciences de la communication de l'information.

Modèle deLasswell

Ce modèle, sera très influent pour les études à venir sur la communication. Mise au point par le politologue américain Harold DwightLasswell en 1948, à pour socle de réflexion une phrase «Qui dit Quoi par Quelle moyens à Qui avec Quels effets;?;». Il conçoit la communicationcomme étantun processus de persuasion et d'influence. Lié par antithèse aucélèbre Marshall McLuhan, Lasswell envisage donc la communication comme une autorité qui doit être utilisé par les pouvoirs publiques et les spécialistes.La population à laquelle cette technique s'adresse devrait croire les émetteurs comme il l'explique dans son ouvrage de 1927 «Propaganda Technique in theWorld War;», usité lors de la seconde guerre mondiale comme outils de propagande. La négligence, tout comme le modèle de Shannon, de la rétro action et des notions humaines de psychologie et de sociologie rend ce modèle parfaitement critiquable. Aujourd'hui, sa vision paternaliste et autoritaire,lui vaut bon nombre de détracteurs.

Modèle deJakobson

Roman Jakobson, d'origine russe, il fut l'un des penseurs les plus influents du 20ème siècle. Son modèle repose sur un schéma décrivant six pôles, contexte,émetteur, récepteur, canal, message, code. L'avancé va naître dans la définition d'une fonction liée à chaque pôle. Le contexte, Jakobson le joindra à la fonction référentielle qui caractérise l'environnement et donc les conditionsdans lesquelles est transmis le message. L'émetteur et le récepteur sont associés respectivement aux fonction expressive et conative. Le canal auracomme attribution la fonction phatique qui permet le contrôle de son bonfonctionnement. La fonction poétique accompagnera le pole du message oucelui-ci est centré sur lui-même et sur sa forme esthétique. Pour terminer lecode est rattaché à la fonction métalinguistique afin de permettre latransmission d'un message compréhensible.
L'apparition ou la réapparition des notions contexte, code et canal apporte une vrai vision d'ensemble à ce qu'est la communication.

Modèle de Gerbner

Ce professeur de télécommunication américain, GeorgeGerbner, portera son énergie sur la théorie de la culture et considère que la télévision allait s'emparer de la culture et la propagé dans le monde. En 1950,Il développe des notions qui s'intègrent dans la communication interpersonnelle entre deux personnes. Notamment il lie le message au contexte, ce qui permet de renseigner de façon plus précise la signification du message. Il décrit également le processus de communication comme étant un ensemble à deux dimensions qui sont la perspective et le contrôle.

Modèle deNewcomb

En 1953, la communication et ses théoriesvont découvrir le triangle ABX, l'œuvre de Theodore M. Newcomb. Celui-ci est le premier à intégrer le rôlede la communication dans la relation sociale. Selon lui, l'attitude est la qualité du lien affectif, et l'union estla spécificité du lien. L'équilibre d'une relation est dicté par des orientations identiques des attitudes. Si l'équilibre n'est pas atteint,l'objectif sera de réduire ce déséquilibre ou alors de rompre la relation.Toute situation de communication met en exergue des individus par des attitudes, des motivations et que chaque situation communicante est un moyen qui peut faire évoluer une relation. L'appréhension de la communication est ici, vue comme un phénomène dynamique et complexe, et donc non mécanique.

 Modèle de Matilda et John Riley

Inspirés des travaux de Wiener sur la cybernétique et le «feedback» du récepteur sur le message, les Matilda et John Riley apportent de nouvelles notions omni présentes dans notre société actuelle. Directement liés à la sociologiele contexte et l'appartenance à un groupe ou encore la boucle de rétro action entre l'émetteur et le récepteur démontre l'influence des individus entres eux.Ce modèle est à l'origine des réflexions menées sur la;communication de groupe.